Le duo ORAN est composé des artistes Morgane Clerc et Florian Clerc, nés en 1994 et 1993, originaires de Bourgogne et de région parisienne. Après des études communes en design d’espace et alternatives urbaines à Vitry-sur-Seine, ils débutent une démarche artistique basée sur le nomadisme. Déménageant au gré des résidences et des invitations, ils produisent des performances et des actions coopératives. Chacune raconte une histoire du lieu, de ses désirs et de ses inquiétudes.
En 2019, ils s’installent à Lille et deviennent résidents de la malterie.
Depuis 2020, ils entament un cycle de recherche et de création intitulé l’Observatoire des excès et des pénuries. L’OEP, articulé en différents axes, est un territoire de pensées et d’actions visant à aborder de manière artistique et poétique les enjeux contemporains liés aux prises de position individuelles ou collectives face au paradigme de l’anthropocène et aux paradoxes qu’il génère par le déplacement des normes de conduite. Dans ce cadre, le duo ORAN conçoit des collaborations institutionnelles et informelles afin de s’immiscer dans des terrains d’enquête qu’ils sélectionnent suivant leur potentiel de fictionnalité.

..

Nos mondes s’agitent sans cesse.
Les transformations s’opèrent dans l’intimité des corps
et dans le vacarme des médias.
Les frontières morales et géographiques se disputent.
Alors que des liens se disloquent à force d’être trop tendus,
d’autres se tissent,
imprévisibles.

Nous vivons dans des lieux fragiles, nos gestes sont maladroits,
nos discours timides.
Nous nous émerveillons de la capacité des choses à évoluer,
nous observons les fissures se former,
nous passons nos bras à travers les brèches laissées béantes.
Nous regardons toujours droit dans les yeux des autres
sans avoir peur de ce que nous y trouverons.
Nous construisons des objets précaires qui parfois s’ébranlent,
nous relatons des paroles éphémères avec des fautes d’orthographes.
Nous assumons une posture modeste, un désir incertain.
Les images que nous produisons sont des traces, témoignages de nos relations, consistantes, précieuses, fugaces. Elles seules sont le matériau
que nous sculptons. Le reste est accessoire.