Les clandestines
Enquête débutée en décembre 2020 à octobre 2021 au Jardin écologique de la ville de Lille.

Début de discussion :
« Bonjour ! Je ne sais pas si tu as vu ici, il y a des fleurs assez rares qui poussent, ce sont des clandestines. C’est une plante qui n’a ni feuilles ni chlorophylle, et qui puise sa nourriture dans les racines de ses hôtes grâce à des suçoirs.
En fait elles ont été importées par des botanistes. Normalement elles ne poussent pas dans la région mais elles se sont très bien acclimatées ici. On avait un peu peur que les pieds ne repoussent pas parce que l’année dernière des personnes ont fait un feu juste à côté. Mais finalement, il y en a deux fois plus. Donc voilà, on a plein de petites clandestines.

C’est vrai que c’est un nom un peu étonnant. Je ne sais pas, par exemple pour toi, qu’est ce que ça signifie la clandestinité ?
Mmmm… pour moi c’est quelque chose d’interdit, d’illégal… quelque chose qui n’est pas à sa place.
Eh oui, moi aussi je pensais que c’était surtout ça, mais étymologiquement ce qui est clandestin c’est avant tout ce qui existe, fonctionne, se fait de
manière secrète.»

Réalisé dans le cadre d’une résidence de recherche et de création en collaboration avec artconnexion et l’association Lisière(s)