À PROPOS

Nos mondes s’agitent sans cesse.
Les transformations s’opèrent dans l’intimité des corps
et dans le vacarme des médias.
Les frontières morales et géographiques se disputent.
Alors que des liens se disloquent à force d’être trop tendus,
d’autres se tissent,
imprévisibles.

Nous vivons dans des lieux fragiles, nos gestes sont maladroits,
nos discours timides.
Nous nous émerveillons de la capacité des choses à évoluer,
nous observons les fissures se former,
nous passons nos bras à travers les brèches laissées béantes.
Nous regardons toujours droit dans les yeux des autres
sans avoir peur de ce que nous y trouverons.
Nous construisons des objets précaires qui parfois s’ébranlent,
nous relatons des paroles éphémères avec des fautes d’orthographes.
Nous assumons une posture modeste, un désir incertain.
Les images que nous produisons sont des traces, témoignages de nos relations, consistantes, précieuses, fugaces. Elles seules sont le matériau
que nous sculptons. Le reste est accessoire.